BB_PODCAST_Ep11_2022

Podcast – Ép.11 – Comment notre espace influence notre corps et notre esprit

Ericka So
Ericka So

Consultante Feng Shui traditionnel

 * Voici une retranscription d’un épisode de podcast, la structure des phrases est en conséquence. Merci! 

Bonjour, bonjour, bienvenue à cet épisode! Et pour la première fois, je pense que je publie deux épisodes de podcast à une semaine d’intervalle. Wow! Je pense que je suis sur une bonne lancée et vous avez peut être remarqué une petite différence dans la sonorité. En fait, j’enregistre cet épisode au bureau et l’espace est quand même très grand, un peu écho et il y a des petits bruits des voisins. Peut-être que vous allez entendre des bruits de construction, des voix, des sons. Bref, j’espère que ça ne vous dérangera pas trop. Je suis en train de travailler sur cette perception que pour sortir un épisode de podcast, tout doit toujours être parfait. Et vu que rien n’est parfait dans la vie, ça laisse beaucoup dans l’inaction car souvent, les conditions idéales ne sont pas nécessairement réunies. Et là, j’étais au bureau ce matin, je me suis dit: « Ah oui, c’est vrai, je voulais enregistrer un podcast! Ah non, il va peut-être y avoir du bruit, il va peut être avoir des coups. Ouais, je vais attendre… ». Et finalement je suis sûre que je ne l’aurais pas fait. Alors je passe au dessus de cela. Je me dis que que voilà, la vie. En fait, la vie est remplie d’imprévus et remplie de surprises donc surtout, ne pas attendre maintenant que tout, tout, tout, tout, tout soit parfait. Je faisais beaucoup ça avant et justement, et on dirait que rien n’avançait parce que les conditions n’étaient jamais idéales. Donc il faut apprendre à travailler dans le flow avec ce qui est. Ah ici vous avez un petit bruit, une perceuse je pense, en arrière plan et c’est pas grave. Et puis surtout, ce que je trouve drôle, c’est que moi, quand je l’entends dans un podcast, ça me dérange même pas. Donc pourquoi moi me juger pour quelque chose que je ne remarque même pas chez les autres? Voilà à quel point on est nos pires juges envers nous mêmes. 

Me voici de retour pour un nouvel épisode et aujourd’hui, ce que j’avais le goût de vous parler, c’est la relation qu’on entretient avec notre environnement et comment celui-ci peut venir nous influencer. C’est sûr qu’au dernier épisode, j’avais beaucoup parlé du pourquoi, pourquoi c’est important de faire attention à notre Feng Shui? La petite métaphore du terreau que j’aime beaucoup pour expliquer que notre environnement direct est le terreau qui nous nourrit au quotidien. Et là, j’avais plus le goût d’aborder le « comment notre environnement vient concrètement nous influencer au quotidien ». 

Parce que ça passe par, selon moi, deux aspects principaux qui sont le corps et l’esprit. Pourquoi notre environnement vient nous influencer par rapport au corps? C’est bien simple, en Feng Shui on conçoit que chaque matière émet une vibration particulière. Donc on travaille énormément avec les matières naturelles qui, pour nous, sont des matières, j’allais dire vivantes, mais vibrantes d’une certaine façon, et qui vont avoir des qualités différentes. 

Si on reprend les cinq éléments, on a l’eau, le bois, le feu, la terre et le métal et chaque élément a vraiment des caractéristiques particulières qui lui sont associées. Je ferai prochainement un épisode sur les cinq éléments. Je sais que mon beau frère Mathieu l’attend avec impatience cet épisode depuis longtemps. Mathieu, ça s’en vient promis. Le fait qu’elles vibrent, s’il y a un débalancement dans les cinq éléments dans un environnement, ce que ça fait, c’est que justement, au niveau de la vibration énergétique, ça débalance tout. Il va y avoir une vibration qui est vraiment prédominante et à la longue, on ne se sentira pas nécessairement bien. On est bien quand tous les cinq éléments sont bien harmonisés et là on dira que ça fait une fréquence juste si on pourrait dire, la mieux pour l’être humain. Et en même temps, ça nous nourrit le corps. On les ressent ces vibrations, ces fréquences là, avec notre corps. 

C’est pour ça que des fois, quand vous entrez dans un environnement et que vous ne vous sentez pas bien, ça arrive. Parfois, on arrive dans des lieux et on n’aime pas la vibe. On ne comprend pas, on ne se sent pas bien et on a de la difficulté à le comprendre avec notre cerveau mais notre corps le ressent et c’est ça qu’il ressent en fait. Ce sont ces vibrations qui sont souvent négatives ou qui sont du moins débalancées. Et là, ça crée une espèce d’inconfort corporel. 

Pour moi, le corps reste vraiment notre boussole la plus juste pour prendre les décisions. Parce qu’il faut apprendre à l’écouter, il est capable de décoder: Est-ce qu’il se sent bien? Est-ce qu’il ne se sent pas bien? Est-ce qu’il y a une menace ou non? On vit beaucoup l’espace avec notre corps, nos cinq sens et c’est vraiment important d’y prêter attention. 

De la même façon que oui, on ressent les vibrations, mais aussi notre corps il veut être quand même dans un espace qui est sécuritaire pour lui. Ça vient un peu faire le pont avec notre esprit, parce qu’on est accompagné en tout temps de notre petit cerveau reptilien et notre cerveau reptilien lui, ce qu’il veut, c’est nous garder en sécurité. Il veut qu’on soit toujours bien protégé, que personne ne puisse nous attaquer. Donc, si on est dans des positions de vulnérabilité au niveau de notre défense, même si on ne vit plus dans un monde…bien si on ne vit plus dans un monde dangereux, c’est encore le drôle….bon, on vit encore dans un monde dangereux, dans beaucoup d’endroits dans le monde mais si je me ramène à mon expérience, à moi, ma petite vie tranquille sur le Plateau Mont-Royal, je ne suis pas nécessairement exposée à tant de dangers que ça. Le cerveau reptilien, lui, ne ne l’enregistre pas nécessairement. En fait, il est tellement programmé pour nous maintenir en vie qu’il est constamment en train d’analyser les éléments qui sont autour de nous pour les comprendre, pour les évaluer et voir s’il y a un danger potentiel. 

Si on est dans un environnement où on n’est pas capable d’assurer la sécurité de notre cerveau reptilien, encore là notre corps, il va avoir une réaction physique de stress, de peur, de survie, de réponse, d’être prêt à répondre si une menace arrive. Et ça, c’est très inconscient, on ne le conscientise pas. Si notre cerveau reptilien ne considère pas qu’on est en sécurité, il ne pourra pas se laisser aller et on va rester en mode alerte. Donc notre rythme cardiaque va être juste un peu plus élevé, notre respiration plus élevée. On va être prêt à réagir si jamais il y a un bruit, si jamais il y a quelqu’un, quelque chose qui bouge, on va être beaucoup plus stressé. Et versus, quand on se sent vraiment en sécurité, là, on peut tomber plus dans le système nerveux parasympathique. En mode survie, on est sur le sympathique qui lui dirige vraiment la régulation du corps au quotidien et toutes les fonctions qui sont vraiment de base. Surtout le sympathique, c’est lui qui est activé quand on a besoin de réagir rapidement, quand on a un stress, quand on a quelque chose qui vient nous piquer, qui vient nous déranger. C’est lui tout de suite qui embarque, puis hop, ça nous fait réagir. 

Alors que des fois, on n’a plus besoin de tomber dans le parasympathique qui est plus dans la détente, c’est le parasympathique qui gère tout ce qui touche les activités qui sont lentes de repos, de digestion, de calme. Donc là, le parasympathique lui demande plutôt au système de se calmer, parce que justement, il y a besoin d’énergie à long terme pour faire ces activités. La pression artérielle va baisser et la respiration va se calmer. Et c’est souvent dans ces moments là qu’on peut être les plus créatifs parce que nos ressource, notre énergie n’est pas uniquement dédiée à être en mode alerte, mais bien à autre chose. Elle est devenue disponible pour autre chose. C’est pour ça, entre autres, qu’on a autant de bonnes idées sous la douche. Parce que sous la douche, on est dans un environnement où on est en sécurité. On est bien, on est détendu. Et justement, toutes les ressources qui étaient dédiées à notre survie entre guillemets, et bien là, elles peuvent être utilisées pour la création, tout simplement. 

Donc c’est super intéressant de voir à quel point le fait qu’on ne se sente pas consciemment en sécurité peut venir influencer notre capacité à générer des idées ou à être créatif. Et ça, ça passe par la position du corps dans l’environnement. Et souvent, on va le sentir, cette espèce d’inconfort là, quand on est dans une position qu’on considère vulnérable, on n’aimera pas ça rester longtemps dans cet espace là. On ne pourra pas travailler des longues heures comme ça parce que ça demande énormément d’énergie pour être capable de se concentrer. Parce que constamment, le cerveau reptilien fait comme: « On n’est pas en sécurité! On est pas en sécurité! On n’est pas en sécurité! Attention, écoute, écoute les bruits sois vraiment attentif à tous les mouvements que tu vois parce que là, il faut vraiment être prêt à réagir. 

Et ça, ça devient vraiment exténuant à long terme. Donc voilà comment à travers le corps, autant au niveau de la vibration énergétique de l’espace que le sentiment de sécurité, notre corps est vraiment un indicateur par rapport à beaucoup de choses. C’est vraiment, vraiment, vraiment notre boussole qu’il faut respecter. Dès que vous avez un inconfort physique, demandez vous pourquoi. Observez ce qui se passe dans votre environnement. Qu’est ce qu’il y a autour de vous? Est ce que vous avez toujours le même feeling au même endroit et commencez à observer ce qui se passe à ce moment là? De la même manière aussi que le corps ressent également, on parlait tantôt de vibrations énergétiques au niveau des cinq éléments, et le corps ressent aussi les stagnations ou l’accélération de l’énergie dans un espace. 

Comme par exemple si vous êtes dans un environnement qui est très encombré et donc une énergie très stagnante, on va sentir cette pression là sur le corps. On ne sentira pas bien de la même manière ou si vous êtes placé dans un espace où l’énergie circule très rapidement, vous allez également avoir un inconfort parce que vous avez l’impression d’être dans un corridor où vous êtes toujours dans l’action, où vous ne pouvez pas vous reposer, où vous ne pouvez pas juste vous asseoir pour bien travailler parce que l’énergie circule trop vite. Encore là, ça crée un inconfort corporel qu’il faut vraiment écouter et l’observation reste notre meilleure alliée pour être capable de décoder tout ça, parce qu’on a vraiment tendance à se séparer de notre corps. 

Dans notre époque, on est beaucoup, beaucoup, beaucoup dans notre cerveau, dans notre mental et pourtant notre corps est notre plus grand allié. Il nous envoie des signaux, c’est juste qu’il faut prendre le temps de décoder. Donc ça peut être un exercice que vous pouvez faire dans une journée: observez comment vous vous sentez au niveau de vos sensations corporelles? Est-ce qu’il y a des moments que vous avez des pincements plus au cœur ou des contractions ou non vous êtes toujours détendu, vous êtes bien. Donc ça, ça peut être vraiment intéressant à faire dans les différents environnements que vous traversez au cours de la journée. 

Sinon, au niveau de l’esprit, on rentre dans des trucs qui sont vraiment le fun parce que de la même manière que notre cerveau reptilien analyse notre environnement pour voir si on est en sécurité, notre cerveau aussi de manière générale analyse tout ce qu’il voit pour décoder les messages et comprendre ce qui se passe autour de nous. Et ça, ça se fait à tous les jours. Même si on est toujours dans le même environnement, on a l’impression qu’on ne voit plus rien, notre cerveau le capte et traite l’information quand même. 

On reste beaucoup au premier degré aussi. En fait, c’est comme si on en pouvait séparer l’esprit entre le conscient et l’inconscient. Et ça d’ailleurs, il faut que je fasse vraiment beaucoup plus de recherches par rapport aux différents stades de subconscient/inconscient. Bref, ça, on pourrait juste dire la partie. Oui, consciente qu’on utilise probablement moins de 10 % du temps et tout l’inconscient qui se passe, tout le travail de l’inconscient qui se passe derrière. Et ce que ça fait en fait, c’est qu’au quotidien, on a l’impression qu’on ne voit plus les choses autour de nous. Notre conscient a l’impression qu’il ne voit plus rien mais en arrière, notre inconscient, il traite l’information, il enregistre et traite l’information constamment. 

Si on est entouré de messages négatifs, on n’a pas nécessairement l’impression qu’on les voit mais oui on les voit. En fait, notre inconscient les traite et les analyse. Si dans votre environnement, vous avez beaucoup d’images qui sont négatives, beaucoup de symboles qui sont négatifs pour vous, et encore là, c’est vraiment propre à chaque personne parce qu’on n’a pas tous les mêmes références par rapport à des symboles. Ça peut être très culturel par exemple, ou ça peut être très lié à des expériences personnelles. Donc vraiment, c’est propre à nous. 

Si justement, on a ça partout à tous les jours et que notre cerveau traite ça tous les jours et ne voit que du négatif autour de nous… c’est difficile à la longue d’être motivé et d’être positif, alors autant aider notre inconscient en l’entourant de choses ou de messages qui sont positifs. Et comme ça, on est sûr de ne pas se tirer vers le bas et plutôt se propulser vers le haut. Donc vraiment de se nourrir, nourrir notre esprit avec des choses qui nous font plaisir, qui nous motivent peut être des rêves qu’on veut réaliser, des visualisations qu’on peut mettre sur des murs aussi, pour toujours se garder dans un état d’esprit qui est le fun, qui est créatif, qui est enjoué et surtout enlever tout ce qui peut avoir une connotation négative parce que ça vient drainer votre énergie au quotidien. On s’en rend pas compte, mais ça aura un impact sur le long terme. Puis, même si vous avez l’impression que vous ne le voyez pas, mais vous le voyez quand même alors ouvrez un regard conscient sur ce qui vous entoure et commencez à identifier ce qui ne dégage pas de fun. 

Et même si c’est des tableaux par exemple ou des œuvres d’artistes où que oui, il peut avoir une lumière magnifique, une composition incroyable mais si le message premier degré est négatif, c’est ça que le cerveau enregistre. Il ne va pas voir toutes les variations artistiques de la toile ou de la composition, il va juste voir le premier message vraiment qui est évident en fait, qu’on capte en premier quand on regarde l’œuvre. Donc c’est pour ça qu’il faut vraiment jouer avec ça et apporter un regard plus conscient sur l’inconscient justement, se rendre compte que c’est un magnifique outil avec lequel on peut travailler et qu’on peut influencer. Ce n’est pas nécessairement question de dire: « Ah, il faut toujours être super positif, il faut toujours tralala-soin-soin » et je vais mettre que des images partout, de super choses, super le fun ». 

Il faut toujours être dans la balance et évidemment, il ne faut pas tapisser non plus tous nos murs de plein d’images. Parce que là, ça va devenir chaotique et pas nécessairement mieux. Il faut choisir avec conscience quelques éléments qu’on met ici et là, toujours en équilibre, pour créer un environnement qui est harmonieux, qui nous renvoie quelques messages positifs pour notre inconscient. C’est comme ça qu’à la longue, on peut venir travailler avec cette énergie là et venir nous aider tout simplement à nous maintenir dans le droit chemin de l’accomplissement de nos rêves et de nos objectifs. 

Enfin donc, ça se résume à peu près à ça. En fait, étonnamment, ça va être un petit épisode de 18 minutes. Je pense que je n’ai jamais fait ça de ma vie, mais je ne vais quand même pas trop rentrer dans les détails et tout. Je pense qu’en gros, ça résume assez bien comment notre corps et comment notre esprit est influencé par notre environnement. 

Donc voilà, j’espère que ça va vous avoir plu. Je suis contente d’avoir finalement réussi à enregistrer mon message malgré des bruits de construction dehors et les bruits des voisins. Mathieu, ne t’inquiète pas, l’épisode des cinq éléments s’en vient bientôt. Probablement dans les prochains épisodes, parce que je vais reprendre un peu chaque élément dont je viens de parler, entre autre la circulation, l’énergie et les cinq éléments, le yin et le yang et tout. Et je vais faire des épisodes un peu plus détaillés pour que ça soit plus facile à intégrer. Parce que le feng shui a tellement, tellement, tellement de couches que même quand on l’étudie en profondeur, ça prend du temps avant de les intégrer. Et c’est normal. 

En fait, il faut arrêter d’être dans la pression de performance, de toujours vouloir tout savoir tout de suite et prendre le temps de tranquillement intégrer un principe à la fois. Donc pour les prochaines semaines, je vous réserve des épisodes un peu plus détaillés sur chacun de ces éléments. Et en attendant, je vous souhaite une bonne semaine ensoleillée ici. C’est la première semaine je pense où il va faire beau toute la semaine avec du gros soleil, donc ça nous garde un sourire dans la face un peu plus longtemps. Ça nous fait vraiment du bien de retrouver cette énergie là, du soleil. Une autre façon justement que l’environnement nous influence: je vous conseille d’aller prendre quelques instants pour vous mettre au soleil, pour faire le plein de vitamines, faire le plein de lumière. On en a vraiment besoin en sortant de cet hiver qui a été particulièrement long et difficile. D’après ce que j’ai compris aussi autour de moi, ça n’a pas été un début de 2022 facile pour tout le monde. Donc voilà pour vous énergisez un peu, si vous avez le temps sur l’heure du midi, pendant une pause, allez faire une petite marche dehors et allez vous mettre au soleil! Ça fait vraiment, vraiment, vraiment beaucoup de bien. Voilà, je vous souhaite une bonne journée et je vous le dis à la semaine prochaine!

APPRENEZ-EN PLUS